Lyme Santé Vérité

Site d'information sur la maladie de Lyme dans sa forme chronique (Borréliose chronique et co-infections)

 Epidémie mondiale : causes et facteurs déclenchants

 

"Avec des collègues européen, nous avons fait une étude qui a été soumise pour publication et qui n'a toujours pas été publiée car il y a toujours beaucoup d'obstacles pour publier ce qui dérange, mais en se basant sur les taux de contamination des tiques dans tous les pays européens par les borrelia et d'autres microbes, et en regardant les 3 pays européens qui déclarent les érythèmes migrants qui est la forme primaire de la maladie, avec des mathématiciens nous avons pu faire des équations et estimer qu'il y a au minimum 1 million de nouveaux cas par an en Europe"


Pr Perronne (interview du 17 février 2017 sur Radio ND)



    1 million de nouveaux cas par an en Europe au minimum !   

 

 

L'explosion des cas de borréliose (et co-infections) au niveau mondial nous invite à nous questionner sur  les causes. Nous pouvons évoquer quatre grands facteurs :

 

  • Des facteurs environnementaux favorisant la pullulation des tiques et autres insectes porteurs de la bactérie.

"Déséquilibres écologiques locaux et globaux favorisant les tiques : leurs principaux prédateurs connus sont de petites guêpes parasitoïdes, or toutes les guêpes, comme les abeilles semblent en forte raréfactions, pour des raisons mal expliquées, probablement multi-factorielles, et impliquant au moins les pesticides. De même la régression, le piégeage ou la disparition de prédateurs majeurs (loup, lynx, renards, rapaces...) des petits mammifères vecteurs de tiques pourraient favoriser leurs pullulations, et par suite celles des tiques. Certains de ces petits mammifères pourraient par ailleurs avoir été favorisés par l'extension des grandes cultures céréalières et de l'urbanisme et de la fragmentation forestière (c'est le cas de la souris à pattes blanches - white-footed mouse ou Peromyscus leucopus - en Amérique du Nord où l'on constate que le nombre de tiques par souris augmente avec le nombre de souris par ha)."
Extrait de : http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladies_vectorielles_%C3%A0_tiques


LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET LA GESTION FORESTIÈRE EN CAUSE   

Article 1 - 2013 : "Le réchauffement climatique et la déforestation sont principalement responsables de la progression de la maladie (de Lyme). La fragmentation de l'habitat forestier empêche l'effet de dilution de la bactérie Borrellia burgdorferi car les mammifères de grande taille fuient ces espaces mités et les tiques se rabattent alors sur les rongeurs, des hôtes réservoirs beaucoup plus favorables au développement d'agents pathogènes.

Les forêts infra urbaines constituent des espaces problématiques, en raison de la concentration humaine aux abords des grandes villes et des risques accrus de propagation de la maladie. La période maximale de l'infection se situe entre le printemps et l'automne. Pour se protéger, les promeneurs doivent impérativement porter chapeau, manche longue, chaussures montantes.

La maladie de Lyme est devenue la maladie vectorielle la plus fréquente sur l'ensemble de son aire de répartition qui s'étend du Japon à l'Amérique du Nord et de la Scandinavie à l'Afrique du Nord".

Article 2 - Nov 2015 : "Le changement climatique sera responsable de 250.000 décès supplémentaires par an, avertit l'OMS. Paludisme, dengue, sous-alimentation, maladies respiratoires, stress, sont autant de conséquences du réchauffement. ... 

De la même façon, la maladie de Lyme, transmise par les tiques, couvre des zones de plus en plus larges. Là non plus, la France n’y échappe pas. "A la Pitié-Salpêtrière, les consultations pour suspicion de maladie de Lyme explosent", rapporte Robert Sabbag".

Article 3 - Nov 2015 : Québec "Les hausses de températures déjà constatées ont allongé de trois semaines la période d’émission d’herbe à poux et favorisera la propagation de la maladie de Lyme dont le nombre de cas a été multiplié par 10 en une décennie".

Article 4 - Fév 2016 : "Comment l’érosion de la biodiversité favorise l’émergence de virus et bactéries"


  •  L'introduction dans nos pays d'animaux en provenance d'autre régions du globe

"L’épidémiologie de la borréliose de Lyme demeure encore peu connue en France, les données étant très parcellaires. Les études d’incidence ont montré une grande disparité entre les régions, avec des niveaux de risque élevés en Alsace, Lorraine, Limousin, Auvergne et Rhône-Alpes. Les études vectorielles associées montrent des corrélations entre incidences et densités en nymphes infectées, mais les exceptions sont fréquentes. Dans des forêts d’Ile-de-France et de Picardie, l’introduction du tamia de Sibérie pourrait intervenir dans la dynamique de la borréliose de Lyme. Cet écureuil semble en effet être réservoir de cette maladie, il porte de fortes charges en Ixodes ricinus et, de plus, il montre une tolérance accrue vis à vis des espèces de Borrelia, comparativement aux autres réservoirs. Les recherches en cours visent à préciser le rôle de cet écureuil exotique dans l’incidence de cette maladie en périphérie de la Forêt de Sénart (Essonne) où la population de tamias est estimée entre 10 000 et 20 000 individus.

Extrait de la page : http://www.invs.sante.fr/beh/2010/hs/index.htm#3


Articles à lire : "Maladie de Lyme : n'offrez pas d'écureuils de Corée à Noël" - "Transfert d'animaux, danger sanitaire" 


  • L'affaiblissement et le dysfonctionnement de nos systèmes immunitaires.

Jusque là nos systèmes immunitaires pouvaient mieux gérer et combattre ces bactéries pathogènes. Or depuis quelques dizaines d'années, nos corps subissent un niveau de pollution et de perturbations sans précédent.


Le sang et les organes des personnes sont intoxiquées (métaux  lourds, toxines, produits chimiques, pesticides,  additifs alimentaires, polluants divers, ...). Un rapport d'enquête a été publié en 2005 par le WWF, appelé "Génération X" : voir le détail en cliquant ici.

 

"Les résultats de la première enquête menée par le WWF en vue de détecter la présence de produits chimiques dans le sang des citoyens de toute l’Europe viennent d’être publiés. Ils révèlent la présence de 73 produits chimiques dangereux dans le sang des membres (grands-mères, mères et enfants) des 13 familles qui se sont soumises à une analyse de sang, des familles provenant de 12 pays de l’UE."


Il faut savoir qu'entre 1930 et 2000, la production mondiale de produits chimiques fabriqués par l'homme est passée de 1 million à 400 millions de tonnes par an. Voir aussi cet article concernant l'impact de la pollution chimique sur notre santé.


Les ondes à extrêmement basse fréquence (ondes ELF) développées par les lignes à haute tension, et  plus récemment les ondes à très haute  fréquence  (antennes  de téléphonie   mobile,  téléphones mobiles,  wifi,   téléphones   sans   fil,...) et la multiplication des installation électriques et électromagnétiques affaiblissent énormément le système immunitaire et l'équilibre général du corps. 


A propos du danger des ondes et champs électro-magnétiques voir :

- article de l'OMS

- site "electrosmog"

- rapport de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

- article sur l'électrosensibilité

- vidéo de "C dans l'air"

- le grenelle des ondes

- L’intolérance électromagnétique élucidée  

- Article "Que choisir" oct 2013   


A ce propos, voir comment désactiver le Wifi chez soi.      


Sur l'intoxication aux métaux lourds :

Interview du Dr Klinghardt - Métaux lourds et maladies chroniques article du CINAK (Centre International de Neurobiologie Appliquée selon Dr. Klinghardt).

Dossier complet de Jacques B. Boislève de "Santé Vivante"

Il existe de très nombreux articles maintenant sur le Net. Il est important de comprendre les inégalités qui existent face aux métaux lourds en fonction de la typologie de nos cellules qui les éliminent plus ou moins facilement (voir le dossier Santé Viante).


Sur les dangers du mercure, voir ce lien vers le site "non au mercure" ainsi que cette vidéo très bien faite sur les effets du mercure sur les neurones.


Sur les dangers de l'aluminium et sa présence dans les aliments et les vaccins : voir cette vidéo (Global Mag).


Nous pouvons aussi  ajouter toutes  les causes  liées à une mauvaise qualité de vie,   la perte de sens et des valeurs, et tout ce qui peut faire qu'une personne mène une vie difficile et sans joie. La joie et la paix intérieure sont nos meilleurs alliés pour un système immunitaire sain et fort. L'infection réussit à s'implanter et se développer plus  facilement si le terrain est affaibli. Même les "porteurs sains" (la bactérie est présente en eux mais faiblement et sans symptôme)  peuvent  voir  soudain  la maladie se développer, des années après avoir été infectés, si leur corps subit une perturbation importante.  


  • La gravité de la pollution actuelle entraînant un déséquilibre global de la nature et de l'humain.

Parmi les polluants les plus dangereux, nous trouvons les métaux lourds et les "xénobiotiques". Les xénobiotiques sont des molécule chimiques de synthèse  (créées par   l'homme),  étrangères à  la vie et  aux organismes vivants, possédant  des propriétés  toxiques même à  très  faible concentration.  Une  fois  introduite dans l'organisme, la substance n’est ni synthétisée ni utilisée, et après pénétration par quelque voie que ce soit, à une dose relativement élevée en une ou plusieurs fois très rapprochées, ou à faible dose longtemps   répétées  peut   provoquer   immédiatement   ou   à   terme   de   façon   durable   ou passagère   des   troubles   d’une  ou  de  plusieurs   fonctions  de   l’organisme  pouvant   aller jusqu’à leur suppression complète, et entraîner la mort. Les xénobiotiques sont à l'origine de l'explosion des cancers, de l'effondrement de l'immunité, des perturbations endocriniennes, de la hausse des maladies auto-immunes et des allergies, de la baisse de la fertilité... Ils proviennent principalement de l'agroalimentaire (pesticides, additifs alimentaires chimiques, ...), des produits utilisés en médecine (y compris vétérinaire, surtout dans les élevages industriels)   et   dans   la   plupart   des   industries   chimiques. 


Un   des   exemples connu est le "Bisphénol A" utilisé, entre autre, comme composant du plastic des biberons.

Voir cet article du Monde du 27 sept 2011  ou cet article de l'INRA qui prouve que le Bisphénol A pénètre l'organisme par la peau.


Concernant la pollution chimique en général, le projet REACH a pourtant été adopté en 2005 par la parlement européen.  Mais   est-il   réellement  mis   en   pratique   concrètement   ?   Les   lobbies   de   l'industrie chimique sont malheureusement très puissants. Voir : 
Article de la revue parlementaire


Le lien entre pollution aux métaux lourds et maladie de Lyme est avéré. Aucune étude n'a été faite concernant les xénobiotiques, mais nous savons d'ors et déjà que ces molécules sont très dangereuses, qu'elles perturbent et affaiblissent le système immunitaire.


La pollution atmosphérique s'est encore aggravée ces dernières années en raison des nanoparticules. Les études alarmantes semblent ne servirent à rien. Les OGM viennent compléter le tableau... et la liste est encore longue.

 
 
Ainsi aujourd'hui,  certains   spécialistes   parlent   plus   d'une   maladie   fonctionnelle   que   d'une véritable  infection.  Il  semblerait  que  le problème se situe au niveau d'un  dérèglement cellulaire  :   plus   la  cellule  est   "chargée"   (toxines,   pollution,...)   et   perturbée  (ondes),   plus   les symptômes s'aggravent.  Ainsi   les symptômes sont   très variables d'une personne à  l'autre,  mais aussi d'une période à une autre pour une même personne, selon son état de santé général et son cadre de vie avec probablement des facteurs génétiques qui peuvent aussi entrer en ligne de compte.


Il faut noter aussi que la maladie de Lyme chronique fait partie d'un ensemble de pathologies et de troubles qui semblent tous liés. Parmi ceux-ci, l'hyperperméabilité intestinale  et les troubles intestinaux jouent un rôle central. L'équilibre intestinal est une des clés de la santé. Pour ceux qui comprennent l'anglais voici une vidéo d'une conférence de mai 2014 du Dr Schweig, sur le lien entre Lyme et la santé des intestins et le rôle du régime alimentaire.


Nous pouvons aussi mentionner les déséquilibres de plus en plus fréquents du système de régulation de la barrière hémato-encéphalique qui nous amène à nous questionner : est-ce la borrelia et les toxines qui passent la BHE, ou bien est-ce la BHE déséquilibrée par les ondes et autres polluants, qui ne peut plus jouer son rôle protecteur ?

 

 

 

~ Cliquer sur les livres pour lire les articles ou visiter les sites web ~

Vous pouvez  soutenir ce site en faisant un DON :

 

 

"L'affaire de la maladie de Lyme : une enquête"

 

 

 

 

 

 

 

"La vérité sur la maladie de Lyme" - Pr Perronne


Voir les nombreux interviews télé et radios ci-dessous, et les nombreux articles de presse.